TOURIS LAKAY

En quoi consiste le Touris Lakay ?

 

    Le Touris Lakay est un tourisme communautaire qui vise à dynamiser chaque région sur la base des richesses qui y sont disponibles. C’est un tourisme respectueux de notre culture de nos patrimoines et du peuple haïtien. Le Touris Lakay est surtout une grande konbit de trois forces jusqu’ici exclues dans les projets de développement des communautés. Ces trois forces sont :

  • les résidents de la communauté rurale
  • sa jeunesse trop souvent dispersée
  • sa diaspora

    Cette konbit a pour but la prise en charge et le développement du monde rural par ses propres ressortissants à partir de son potentiel à l’état latent. Elle doit conduire à reconnaître, protéger et tirer le meilleur de son environnement, de son patrimoine naturel, culturel et historique, pour se procurer des revenus dans une perspective de production durable de richesses.

    Pour y arriver, le sentiment de fierté collective est indispensable. Il doit provoquer chez ceux qui ont délaissé leur communauté suffisamment d’enthousiasme pour revenir chez eux et participer à ce grand mouvement de développement à travers un tourisme bien pensé. Un développement capable d’attirer les visiteurs nationaux et étrangers désireux de découvrir et expérimenter les nouveautés proposées dans des programmes intégrés de circuits touristiques bien planifiés.

    Le Touris Lakay ne réclame aucun luxe mais exige propreté, hygiène, sécurité, accueil décent (dont des toilettes confortables) et surtout des originalités de toutes sortes : danses, artisanat local, cuisine locale saine et traditionnelle…  Ce développement communautaire rural axé sur la nature, l’histoire, la culture, le potentiel humain et l’application de la philosophie du Konbitisme est une voie royale de coopération entre les trois groupes précités et un encouragement à  l’unification de la société haïtienne.

 

Pour l’implantation du Touris Lakay

La FORF encourage :

  1. La tenue de séminaires orientés vers la prise de conscience par la communauté de la grande portée constructive du Konbitisme appliqué, du potentiel d’exploitation des richesses de la région et surtout des grandes capacités entrepreneuriales à développer.
  2. L’organisation d’enquêtes qui feront le bilan de la situation de la zone, forces/faiblesses,  et de toutes les richesses exploitables : naturelles, culturelles, historiques, humaines.
  3. La mobilisation de la communauté pour identifier et faire choix de projets de développement susceptibles d’attirer les visiteurs et de générer des revenus.
  4. L’implication constructive et mobilisatrice des membres et associations de la diaspora issus de la région autour des projets sélectionnés.

 Le TOURIS LAKAY est un volet important en vue de réaliser la vision nationale de la FORF :

« HAÏTI, CENTRE HISTORIQUE ET CULTUREL DE LA CARAÏBE ! » 

 

Principes qui sous-tendent le Touris Lakay

 

    Le Touris Lakay est une forme de tourisme complémentaire au tourisme de masse promu par le ministère du Tourisme et des Industries créatives. Trois principes sous-tendent l’action :       

Principe 1  

    Identification de sites présentant un intérêt aussi bien pour les touristes nationaux qu’internationaux. Ces sites peuvent être de belles cascades naturelles, des fronts de mer ou des sommets de montagnes. Ils peuvent également abriter des ruines coloniales, des grottes et des cimetières ou lieux de résidence indiens, être des lieux où se sont tenues des batailles coloniales, ou représenter des lieux significatifs dans l’histoire du pays. Ces sites doivent être géographiquement proches les uns des autres dans une région afin de permettre la création d’un ou de plusieurs circuits touristiques.

    Principe 2 

    Organisation de séminaires de formation dispensés aux habitants de la région pour les former aux principes de l’entrepreneuriat et les accompagner dans l’identification du potentiel exploitable de leur zone. Participation et implication des communautés locales liées à ces circuits d’intérêt. Organisation de la force de travail nécessaire au développement, à l’administration, à la protection des sites et des circuits touristiques, à la sécurité et au bien-être des visiteurs par les responsables et décideurs locaux.  

  Principe 3

    Implication des Haïtiens vivant à l’étranger sous forme de participation aux projets, d’investissements, de donations et de bénévolat technique, de bourses. La diaspora originaire des communautés et des régions où se trouvent ces sites apporte une contribution clé à la promotion du tourisme et au développement économique dans chacun de ces circuits.

   

Rôle la FORF

    Le rôle que la FORF s’engage à jouer dans ce processus est celui d’accompager, de rechercher des fonds et de lancer un projet pilote en vue de tester la viabilité du processus. Une fois lancés, les projets doivent se suffire à eux-mêmes tant administrativement que financièrement. Ils doivent aussi contribuer à la protection du patrimoine, à l’embellissement de l’environnement ainsi qu’à la stabilisation et au développement économique et social des communautés.

 

Projet pilote 2016-2019

 

    Formation des villageois à l’héritage et à l’art d’inspiration taïno à Bois-Neuf/Ravine Sèche, commune de Saint-Marc. Construction d’un petit centre de formation et de production de poterie et de bijouterie d’inspiration taïno. Intégration du village au circuit touristique de la Côte des Arcadins. Construction éventuelle d’un petit musée/centre d’interprétation de l’art taïno dans le village de Ravine Sèche.

 – Étape 1 : Étude de faisabilité / Préparation d’un plan de projet / Établissement des alliances locales

Étape 2 : Appel de fonds pour le projet pilote, ressources en personnel

Étape 3 : Mise en œuvre du projet pilote / Continuation d’appel de fonds pour le projet dans sa totalité

Étape 4 : Évaluation du projet pilote et analyse du suivi

Étape 5 : Élargissement du projet pilote à différentes localités et circuits touristiques

HÉRITAGE TAINO

Le projet d’initiation à l’exploitation artisanale de l’héritage taïno

Le village de Ravine Sèche, dans la section communale de Bois-Neuf, Bas Artibonite, est le lieu d’un ancien site taïno. On y trouve encore les traces de cette civilisation que des études archéologiques ont corroborées.  Les habitants de la région en sont conscients et se sont impliqués avec enthousiasme dans l’apprentissage et la production de poteries inspirées de ce passé qu’ils souhaitent promouvoir en vue d’un véritable développement économique de leur zone et l’amélioration des conditions de vie des résidents.  Ainsi, le village a spontanément mis à disposition du projet un espace adéquat sécurisé pour l’installation d’un atelier de poterie comprenant les équipements et un four de cuisson ainsi que pour la conduite des activités de formation et de production.

Le village recèle aussi d’autres atouts et attractions : littoral attrayant et équipements de pêche, espaces sportifs, centre culturel, musée-résidence du grand écrivain haïtien Frankétienne, usine de purification d’eau potable, présence du « Centre Biblique National de Fatima » très fréquenté et bien d’autres. De plus, situé sur la côte des Arcadins à proximité de nombreux hôtels, le village se prête fort bien au développement d’un circuit touristique.  Sa route d’accès étant asphaltée, les touristes peuvent y accéder facilement et des membres de l’Association Touristique et Hôtelière (ATH) ont déjà fait part d’intérêt à son inclusion comme destination nouvelle dans leurs circuits de visites.  La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation (FORF) et la Fondation Lise Antoine Saint-Natus Santé Femme (FLASSEF) conjointement impliquées dans la zone depuis 2015 ont décidé de poursuivre sur cette voie de développement. Le projet ici présenté se fera en partenariat étroit entre les deux (2) fondations avec le support des fondations Françoise Canez Auguste (FFCA) et Moulin Sur Mer (FMSM).

 

Formation en Poterie et Bijouterie d’inspiration taïno – Construction d’atelier à Bois-Neuf/Ravine Sèche

Le projet Bois-Neuf vise à :

  • dynamiser la communauté de Bois-Neuf/Ravine Sèche
  • contribuer à son développement à partir de l’exploitation de son riche héritage historique et culturel
  • développer ses capacités de production d’œuvres artisanales de qualité d’inspiration taïno
  • lui permettre d’intégrer les circuits touristiques de la zone voisine des Arcadins et de ses hôtels pour
  • éventuellement, s’ouvrir aux marchés extérieurs.                                  

Objectifs spécifiques      

Le projet se donne pour objectifs spécifiques de :

  • Poursuivre de façon intensive les cours de formation en poterie et en bijouterie commencés avec succès en octobre 2015
  • Doter le village d’un centre de production de poterie et bijouterie
  • Mettre en place la structure organisationnelle de gestion de production et de vente
  • Former des jeunes à l’entrepreunariat
  • Initier la population à l’histoire des ancêtres amérindiens

 Résultats attendus 

Les résultats suivants sont attendus à l’issue du projet :

  • Plus d’une trentaine de jeunes, de filles et de femmes seront correctement formés à la production artisanale d’inspiration taïno en poterie et en bijouterie
  • Le village sera desservi par un atelier correctement équipé et bien géré.
  • Dans la salle annexe à l’atelier, ils pourront exposer et vendre leurs œuvres
  • Les contacts seront établis avec les hôtels de la Côte des Arcadins pour l’écoulement de leur production
  • Les visiteurs viendront visiter le village qui commencera à exploiter aussi bien d’autres possibilités d’attrait et de sources de revenus : cuisine taïno (cassave), broderie, tissage, etc.

Impact

Le projet aura les effets suivants :

  • De dynamiser la communauté de Bois-Neuf
  • De créer un nouveau pole d’attraction touristique pour la région
  • De créer de nouveaux emplois et de nouvelles sources de revenus
  • De donner un regain de fierté à la population qui saura mieux gérer son environnement
  • D’encourager la pratique de la grande konbit et du partage des connaissances et potentialités ; le civisme
  • D’ouvrir la communauté aux marchés extérieurs

 

Les responsables et bénéficiaires du projet en parlent