La Pastorale Universitaire, Journée internationale de la jeunesse

Pour la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août 2016, la Pastorale Universitaire-Archidiocèse de Port-au-Prince a organisé une grande conférence en son enceinte, de 9 h a.m. à 5 h p.m., sur le thème «Responsabilité citoyenne et implication des jeunes aux prochaines joutes électorales» avec des personnalités triées sur le volet dont Me Danton Léger et Odette Roy Fombrun.
«Haïti ne peut pas connaître des rutilants lendemains de soleil sans l’implication de la jeunesse», déclare Me Danton Léger avant d’attirer l’attention de l’assistance constituée en majeur partie des jeunes de la préfac de la Pastorale Universitaire avec son ‘’r’’ diésé. Dans sa prise de parole, il fustige le caractère gérontocratique de la société haïtienne, désintéressée au cri de la jeunesse, en dépit du fait que cette dernière soit l’épine dorsale du pays. Pour s’illustrer, il remonte dans l’histoire nationale et pointe du doigt les partis-politiques haïtiens actuels.

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince entend inviter la jeunesse à prendre son destin en main. Elle doit se positionner en véritable garde-fou pour dire non à son exclusion dans les débats qui concernent son avenir. «C’est la jeunesse qui doit élire le prochain président», affirme-t-il. Avec ses slogans, ses tournures subjonctives et ses jeux de mots, il gagne toute la sympathie du public «Qui veut peut! Cet avec le savoir qu’on arrive à avoir l’avoir et le pouvoir». Enfin, l’ancien députe de Léogane exhorte la jeunesse haïtienne à faire acte de son existence et à être animée par le sens critique. Autrement dit, d’agir avec philosophie et discernement.

Jean-Philippe Etienne, pour sa part, délégué par Mme Odette Roy Fombrun qui n’avait pu se présenter, se renferme dans la peau d’un instituteur afin d’inculquer aux jeunes la notion de civisme, l’amour du pays et leur prodiguer de sages conseils. Il leur demande de s’inspirer des travaux de Mme Fombrun pour mieux comprendre la grandeur d’âme haïtienne et participer à l’enrichissement de notre patrimoine culturel. Il requiert d’eux la mise en commun pour dire mieux le Combitisme; thème très cher à Odette Roy Fombrun.
Le responsable de communication de la Fondation Odette Roy Fombrun, dans la lignée Amadou Hampaté Bâ du Mali, rappelle aux jeunes qu’ils sont l’avenir du pays, du monde. Qu’ils doivent prendre leurs responsabilités en vue de faire entendre leur voix. «La jeunesse c’est la vie, l’artisan de demain». Il poursuit: «Aucun pays ne peut se développer s’il n’investit pas dans la formation des jeunes». Jean Philippe Etienne croit aussi qu’il n’y a pas de génération spontanée, que les jeunes doivent prendre en exemple les personnages intègres, verticaux et participer pleinement aux prochaines joutes électorales. Pour lui, «les élections sont le lieu où se décide le destin d’un pays, d’une nation». En d’autres termes, c’est la jeunesse que l’avenir regarde et non la vieillesse. Une raison de plus de s’impliquer. Il faut croire que c’est Mme Fombrun qui parle par sa bouche.
Pour le coordonnateur de la Pastorale Universitaire, le politologue Michelet Dézulmé, cette activité répond directement à la mission de la Pastorale Universitaire: Former, témoigner, servir. «Les personnalités choisies pour cette conférence[…] sont des modèles pour la jeunesse haïtienne », précise t-il. Le sénateur Jean Renel Sénatus n’a pas grossi les rangs de cette noble initiative.

Orso Antonio DORELUS
Le Nouvelliste

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *