101 ans et surprise pour Odette Roy Fombrun au bureau !

Le 13 juin 2018 a ramené les 101 ans de notre fondatrice, Odette Roy Fombrun. À cette occasion, deux groupes se sont mis ensemble pour préparer une magnifique surprise à la doyenne de l’éducation en Haïti, dans les locaux même de la FORF.

Avec l’école de musique Nemours Jean-Baptiste de Martissant

Ainsi, l’école de musique Nemours Jean-Baptiste de Martissant, a accueilli madame Fombrun avec une fanfare interprétant « Joyeux anniversaire ». Le petit groupe d’une quinzaine de musiciens s’était caché quelques heures avant à la salle Espas Konbit de la FORF où la doyenne a été conduite par les employés complices. Quelle émotion quand les trombones ont résonné Joyeux anniversaire !!! Les responsables de l’école de musique ont remis une plaque Honneur et Mérite à madame Fombrun en lui témoignant leur admiration et leur grande estime. Ils ont également ravi les tympans de la doyenne de leur musique avec des morceaux comme Ayiti Cheri, Choucoune, entre autres.

Avec la FODPECH

Ensuite, la Fédération des Organisations pour le développement et la promotion de l’éducation civique en Haïti (FODPECH), partenaire de la FORF depuis près de deux années, a tenu à marquer cette date de fort belle manière. Ils étaient environ une trentaine de représentants d’organisations venus saluer « le patrimoine vivant qu’est Odette Roy Fombrun ». Entre discours, prestations musicales, remise de cadeaux divers, ces admirateurs ont comblé la journée de madame Fombrun qui n’a pas pu cacher ses émotions en se confondant en remerciements et surtout en réitérant ces messages d’union, de paix et de konbitisme entre les citoyens d’Haïti.

La fête s’est terminée avec un vin d’honneur et le magnifique souhait scandé par l’assistance entière : « 101 ans de plus ! »

 

Hommage à Micheline Laudun Denis

La FORF est heureuse d’avoir pris part à la cérémonie en hommage à la célèbre pianiste haïtienne Micheline Laudun Denis, le 1er août 2018, à l’occasion de la fête d’Indépendance de la Suisse. En effet, l’ambassade de Suisse en Haïti, partenaire de plusieurs projets de la Fondation Culturama dirigée par les enfants de l’artiste, lors du 722e anniversaire de la Suisse, a projeté le film biographique « Micheline Laudun Denis, musique, mère ». La vie, la belle carrière et des extraits des concerts de l’immense pianiste y sont présentés. Un film que tout citoyen intéressé au patrimoine immatériel d’Haïti devrait voir. Des honneurs ont bien entendu été adressés à madame Denis qui n’a pas caché son émotion.

La Fondation Odette Roy Fombrun est fière d’encourager les initiatives de la grande pianiste Micheline Laudun Denis et de la Fondation Culturama. La FORF salue aussi l’énorme travail de sauvegarde du patrimoine musical haïtien de l’artiste, notamment à travers ses disques musicaux pour enfants et ses méthodes d’apprentissage de piano pour les tout jeunes. Bravo, Micheline ! Tu es un monument inestimable de la culture haïtienne.

Trouvez une présentation de la pianiste Micheline Laudun Denis dans cette vidéo Youtube ci-dessous.

Atelier de formation en gestion des déchets à Bois-Neuf

Dans le cadre de son programme de développement communautaire dans la localité de Bois-Neuf, à Ravine Sèche, sur la Côte des Arcadins, la FORF a offert aux riverains un atelier de trois jours sur l’autogestion des ressources et du développement de la communauté en matière d’environnement, afin qu’elle soit considérée comme un exemple national. Cette intervention a été menée en étroite collaboration avec la Fondation Françoise Canez Auguste (FFCA) et la Fondation Lise Antoine Saint-Natus Santé Femme (FLASSEF), principaux partenaires du programme implémenté depuis 2015 dans le département de l’Artibonite.

Atelier de formation – partie théorique

Pour cet atelier qui s’est déroulé du 17 au 19 août 2018, la FORF a eu recours à l’expérience de deux jeunes étudiants finissants en gestion de l’environnement de l’Instituto Técnico de Estudios Superiores en Medio Ambiente y Recursos Naturales en République Dominicaine : M. Claude Alain Etienne et Mme Kerzina Oraïna Oracle.

Ces pneus usagés seront transformés en poubelles.

Au cours de leur intervention, les formateurs ont permis aux riverains de comprendre que tous les déchets ne sont pas inutiles et au lieu de les jeter, ils peuvent s’en servir. Ils ont aussi appris à fabriquer du compost avec les matières organiques qu’en général ils ne faisaient que jeter. Désormais, la FORF est certaine que la petite communauté de Ravine Sèche applique « loi des 3 R » (Réduire – Réutiliser – Recycler) à petite échelle, et surtout ne voit plus les bouteilles en plastique, les canettes en fer blanc comme fatras mais comme déchets réutilisables.

Séance de fabrication du compost

À la fin de l’atelier, une petite équipe qui s’occupera du suivi de ramassage quotidien des ordures et qui s’assurera de la propreté du village a été formée.

Retrouvez davantage d’informations sur notre projet à Bois-Neuf en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://forfhaiti.org/home/initiation-a-lexploitation-artisanal-de-lheritage-taino/

 

 

Odette Roy Fombrun, première gardienne des clés de la Galerie des éducateurs haïtiens

Une plaque Honneur et Mérite et la clé de la Galerie des éducateurs haïtiens ont été remises à Odette Roy Fombrun le lundi 28 mai 2018 lors du Symposium international réalisé autour du thème « Éduquer au STEP » (Sciences Technologie Entreprenariat Productivité). Ces deux distinctions décernées à la doyenne de l’éducation en Haïti par le Collège Catts Pressoir en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale pour son inestimable contribution au système éducatif haïtien.

Le ministre de l’Éducation d’alors, Pierre Josué Agénor Cadet, a remis la plaque en main propre à l’éducatrice centenaire. Odette Roy Fombrun, après ses remerciements, a insisté pour une amélioration du système éducatif haïtien qui, à son avis, devrait s’évertuer à former de réels techniciens. La clé de la Galerie des éducateurs, remise à ORF par l’économiste Kesner Pharel, reviendra chaque année à une figure modèle de l’éducation Haïti, a fait savoir Guy Étienne, directeur du Collège Catts Pressoir.

Nous vous prions de trouver ci-dessous un extrait vidéo de cette cérémonie tenue à l’hôtel Montana.

La FORF parle civisme, respect et amour de la patrie aux enfants

Le 25 juillet 2018, la FORF a été invitée par le camp d’été Fun and Sun Summer Camp Kids, dans les jardins de Djoumbala, Route de Frères, afin d’exposer sur les thèmes du civisme, de l’amour de la patrie et du respect. Environ une quarantaine d’enfants âgés de 3 à 15 ans et une dizaine d’adultes ont pris par à cette séance menée par Jean-Philippe Étienne, notre responsable de communication et coauteur avec Odette Roy Fombrun de l’ouvrage Morale civique et Éducation à la citoyenneté.

 Cette intervention de la FORF a été urgemment sollicitée par la responsable Coty Fidèle au regard des événements fâcheux de casses et d’incendies survenus à Port-au-Prince les 6 et 7 juillet 2018. « Nous pensons qu’il est primordial pour nos enfants de grandir avec le respect et l’amour du pays surtout maintenant que tout se dégrade, que tout paraît laid et que l’anormal semble devenir le quotidien chez nous », avait justifié madame Fidèle.

Au cours de la séance qui s’est déroulée dans une atmosphère ludique et instructive, monsieur Étienne, également animateur pour enfants, a inculqué aux tout jeunes des notions clés de civisme. Il a ainsi pu engager une réelle conversation autour des thèmes précités avec une audience jeune pendant plus d’une heure.

Peu après la rencontre avec les enfants du camp d’été Fun and Sun Summer Camp Kids, madame Coty Fidèle, dans ses remerciements, a exprimé ainsi sa satisfaction : « La FORF a surpassé nos attentes, les enfants ont beaucoup appris et surtout, ils commencent à voir Haïti d’un œil nouveau, avec beaucoup plus d’indulgence. Je retiens la Fondation Odette Roy Fombrun pour cet excellent travail tellement important pour notre notre pays où les valeurs tendent à disparaître. »

Ciné Konbit Éducative, ça continue !

Les séances de projection continuent à la salle Espas Konbit. Après le Centre classique culturel de Pétion-Ville, l’École communautaire de Pétion-Ville, l’Institution Vision Nouvelle, la Fondation Toya, la FORF lance ses invitations au programme Ciné Konbit Éducative au grand public le vendredi, à 2 h p.m.

Une séance débat avec les invités est prévue après la projection des films et documentaires. Dans la mesure du possible, le réalisateur sera présent et prendra part aux échanges.

La démarche Ciné Konbit Éducative entre dans le cadre du programme éducatif de la FORF concernant les écoliers en particulier et les citoyens en générale afin de les sensibiliser sur la situation de la communauté dans laquelle ils évoluent. Les films ou documentaires diffusés sont souvent des œuvres de cinéastes haïtiens engagés dans le développement d’Haïti à travers l’expression cinématographique de différents thèmes historiques, sociaux, culturels et économiques. Ces réalisations sont en principe destinées aux publics aptes à réfléchir et s’impliquer dans l’avancement de la société et ambitionnent de déclencher ou d’alimenter un processus de conscientisation et d’implication dans le développement de leur communauté.

Nous vous prions de trouver dans ce lien le calendrier des mois de septembre et octobre 2018.

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

« Martinique, seconde patrie du Konpa ? » à la salle Espas Konbit

La salle Espas Konbit de Fondation Odette Roy Fombrun, le mardi 7 août 2018, a accueilli un public sélect pour la projection du film “MARTINIQUE, SECONDE PATRIE DU KONPA ?” du réalisateur martiniquais Miguel Octave. La diffusion de ce documentaire rentrait dans le cadre de la célébration du 63e anniversaire du Konpa, héritage du musicien Nemous Jean-Baptiste, notre musique de bal national.

La FORF, dont les interventions sont, entre autres, axées sur la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel d’Haïti, a naturellement inclus dans son programme cette œuvre qui magnifie le compas direct et qui montre sa place importante dans la culture caribéenne. La soirée causerie autour de ce film a été animée par le journaliste et disquaire Aly Acacia.

 

 

Adieu à nos mécènes partis pour l’au-delà

Florence Bellande Robertson
Gysandre Liautaud Blanchard

La FORF est profondément attristée par le départ pour l’au-delà, en l’espace de quelques mois, de trois de ses mécènes.
Monsieur Reynold Bonnefil, feu PDG de la Haytrac, est parti le 28 juin 2018. Madame Gysandre Liautaud Blanchard nous a quittés le 2 août 2018. Madame Florence Bellande Robertson, de la fondation Hope For Haiti, est décédée le 10 août 2018.

Reynold Bonnefil

Ces trois grands amis de la FORF ont toujours accompagné la Fondation dans ses initiatives, ses projets et ses combats du mieux qu’ils ont pu. Leurs généreux dons ont largement contribué à la mise en action des philosophies prônées par l’institution et sa présidente, Odette Roy Fombrun.

Nous renouvelons nos sincères sympathies et nos marques d’affection aux parents et familles profondément affligées de Reynold Bonnefil, de Gysandre Liautaud Blanchard et de Florence Bellande Robertson. Nous gardons en souvenir leur grandeur d’âme inspirante et leur grande générosité. Que leur âme repose en paix !

INVITATION CINÉ

La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation vous invite à une soirée causerie autour du film “MARTINIQUE, SECONDE PATRIE DUKONPA ?” le mardi 7 août à 4 h pm.
C’est une projection de l’excellent documentaire du réalisateur martiniquais Miguel Octave dans le cadre de la célébration du 63e anniversaire du Konpa, notre musique de bal national.
La soirée sera animée par Aly Acacia

Entrée gratuite !

Adresse : Salle Espas Konbit, Fondation Odette Roy Fombrun (FORF) – 26, rue Borno, Bois-Moquette, Pétion-Ville.

L’historienne Odette Roy Fombrun se prononce sur de nombreux sujets brûlants de l’actualité

Consultez le 11e numéro de *BUZZ Magazine* avec comme invitée spéciale la centenaire la plus médiatisée du moment, l’historienne Odette Roy Fombrun, qui se prononce sur de nombreux sujets brûlants de l’actualité. Interview du journaliste André Fouad. Pour consulter le 11e numéro, cliquez sur ce lien : http://online.anyflip.com/xfgo/mgkx/mobile/index.html#p=1

Sympathies et appel à la paix et à la solidarité

Chers amis,

La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation (FORF) est profondément attristée par les bouleversants événements survenus les 6 et 7 juillet 2018 et tient à exprimer ses plus profondes sympathies au peuple haïtien une fois de plus meurtri en étant une victime directe ou indirecte des violences perpétrées.

En ces moments difficiles, nous  appelons à la paix et à la solidarité nationale. Dans un élan patriotique où le changement de mentalité est indispensable, ann fè konbit pou chanjman !

Unissons nos forces dans une véritable Konbit de Solidarité Nationale tournée vers le développement mobilisateur par la production de richesses pour une Haïti plus juste et équitable !

Vive Haïti !

 

INVITATION – Ciné Konbit Éducative

INVITATION AU GRAND PUBLIC

La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation (FORF) prend plaisir à inviter le grand public à ses séances de projection Ciné Konbit Éducative en son local chaque vendredi à 2 h p.m. La démarche Ciné Konbit Éducative entre dans le cadre du programme éducatif de la FORF concernant les adolescents et les jeunes afin de les sensibiliser sur la situation de la communauté dans laquelle ils évoluent. Les films ou documentaires diffusés sont souvent des œuvres de cinéastes haïtiens engagés dans le développement d’Haïti à travers l’expression cinématographique de différents thèmes historiques sociaux, culturels et économiques.

Ces réalisations sont en principe destinées aux publics aptes à réfléchir et s’impliquer dans l’avancement de la société et ambitionnent de déclencher ou d’alimenter un processus de conscientisation et d’implication efficiente dans le développement de leur communauté.

Une séance débat avec les participants est prévue après la projection des films et documentaires. Dans la mesure du possible, le réalisateur sera présent et prendra part aux échanges.

 Objectifs

  • Proposer des films ou documentaires présentant des citoyens modèles ou des sujets qui suscitent le débat et des initiatives surtout chez les jeunes.
  • Introduire ces groupes de visiteurs aux activités de la FORF et les inviter à collaborer avec la fondation.
  • Déclencher un processus de conscientisation et d’implication efficiente des visiteurs dans le développement de leurs petites et grandes communautés.

 Public cible

  • Écoles secondaires
  • Facultés universitaires
  • Écoles professionnelles
  • Haïtiens et Haïtiennes de tous horizons

Odette Roy Fombrun, première gardienne des clés de la Galerie des éducateurs haïtiens

Une plaque Honneur et Mérite et la clé de la Galerie des éducateurs haïtiens ont été remises à Odette Roy Fombrun le lundi 28 mai 2018 lors du Symposium international réalisé autour du thème « Éduquer au STEP » (Sciences Technologie Entreprenariat Productivité). Ces deux distinctions décernées à la doyenne de l’éducation en Haïti par le Collège Catts Pressoir en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale pour son inestimable contribution au système éducatif haïtien.

Le ministre de l’Éducation d’alors, Pierre Josué Agénor Cadet, a remis la plaque en main propre à l’éducatrice centenaire. Odette Roy Fombrun, après ses remerciements, a insisté pour une amélioration du système éducatif haïtien qui, à son avis, devrait s’évertuer à former de réels techniciens. La clé de la Galerie des éducateurs, remise à ORF par l’économiste Kesner Pharel, reviendra chaque année à une figure modèle de l’éducation Haïti, a fait savoir Guy Étienne, directeur du Collège Catts Pressoir.

Nous vous prions de trouver ci-dessous un extrait vidéo de cette cérémonie tenue à l’hôtel Montana.

INVITATION AU CONCERT CHANSONS D’HAÏTI

Dernier concert de Chansons d’Haïti

De la chanson classique à la chanson populaire, en passant par le folklore et nos méringues de salon d’antan, Karine Margron et ses amis musiciens vous feront découvrir et apprécier la richesse de notre héritage musical.

Venez découvrir l’immense travail de recherche et de publication réalisé par Chansons d’Haïti et la Fondation Odette Roy Fombrun dans le cadre de la sauvegarde de notre patrimoine musical.

Prix : 1 250 gourdes / 20 USD

WhatsApp Image 2018-03-01 at 12.52.50

Inauguration de Espas Konbit FORF

La Fondation Odette Roy Fombrun a inauguré sa salle polyvalente baptisée Espas Konbit FORF, le 7 février 2018, à Pétion-Ville au local de ladite fondation à Bois Moquette. Une salle qui devrait servir de caisse de résonnance aux différents projets de la fondation. Ces derniers concernent , entres autres, la valorisation du patrimoine taïnos et du patrimoine musical avec le projet Chansons d’Haïti ou la création du centre de poterie à Ravine Sèche.

Dans son discours de circonstance, la directrice de la fondation, Marie-Claude Fombrun Bayard, a indiqué que cette nouvelle salle sera une plaque tournante d’intéressantes activités impliquant de nombreux volontaires et experts. « La FORF a de grandes ambitions. Avant la salle polyvalente, elle menait différentes interventions sur le terrain. Puis ils ont compris, au niveau de la fondation, que cette salle permettrait de planifier des rencontres plus larges et plus inclusives avec différents acteurs et secteurs. Nous envisageons de développer des partenariats porteurs avec des institutions d’éducation pour encourager la formation de formateurs en morale civique et en éducation à la citoyenneté si nécessaire de nos jours.», a-t-elle soutenu.

À l’occasion de cette inauguration, une exposition de photos des grottes du pays a été organisée. Elle repose sur un des projets sur lesquels travaille la fondation. Dans son discours de circonstance, Odette Roy Fombrun a dans un premier temps adressé des remerciements à ceux qui ont aidé à la construction de leur salle polyvalente. Elle a surnommé Espas Konbit, salle dynamo, car elle a toujours des idées et des projets à faire avancer. Ce lieu lui permettra entres autres de convier des jeunes à la réflexion.

La centenaire en a profité pour lancer deux appels, un pour combattre les détritus et un autre pour la production de richesses. Et pour cela, il nous faut nous mettre ensemble. Selon elle, Haïti doit être le centre historique et culturel de la Caraïbe, de par son histoire et sa culture. « Il nous faut nous organiser, il faut des konbit, nous ne pouvons pas nous battre chacun, individuellement, pour son mieux. Mais il nous faut penser au pays en nous unissant. Il n’y a pas de solution isolée. », soutient-elle.

La nouvelle salle polyvalente accueillera des conférences, des expositions, des ateliers de formation parce que la formation est au cœur des actions de la FORF selon le directeur adjoint de la fondation, Allenby Augustin.

Texte de Glorieuse Nelson, Ticket Magazine

http://lenouvelliste.com/article/183062/la-fondation-odette-roy-fombrun-inaugure-espas-konbit-forf

ALBUM PHOTOS

[epa-album id=”8388″ show_title=”false” display=”excerpt”]

 

Rapport de la campagne Konbit Ayiti Pwòp à la YWCA

Le samedi 23 septembre 2017, La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’Éducation a rencontré une centaine de pupilles de la YWCA à Pétion-Ville dans le cadre de la campagne Konbit Ayiti Pwòp. Le responsable de communication Jean-Philippe Étienne a intervenu auprès d’un public féminin composé d’enfants et d’adolescentes âgées de 7 à 18 ans. Dans l’intervalle 10 h 30 – 1 h 30, quatre groupes de filles réparties selon leur âge ont pris part à des séances de causerie de 30 à 45 minutes.

En support à l’intervention de M. Étienne, le spot publicitaire de la Konbit a été visionné et la chanson officielle de la campagne a été auditionnée par les différents groupes. Dix (10) stickers de la Konbit Ayiti Pwòp ont été laissés aux responsables de la YWCA.

Les enfants et adolescentes de la YWCA ont toutes affiché leur intérêt pour la campagne en suivant attentivement l’exposé de M. Étienne, en répondant à ses questions sur la Konbit, en faisant part de leurs constats et impressions, et finalement en s’engageant à intégrer le mouvement.

Un suivi de cette causerie avec les jeunes filles de la YWCA sera effectué dans 22 jours ou un mois.

Bureau de Communication
FORF

DSCN0711

L’école de musique Sainte-Trinité honore la centenaire Odette Roy Fombrun

http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.30-AM.mp4 http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.28-AM.mp4 http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.24-AM.mp4 http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.23-AM.mp4 http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.18-AM.mp4 http://forfhaiti.org/home/wp-content/uploads/2017/06/WhatsApp-Video-2017-05-29-at-5.10.17-AM.mp4

Avis – 100 ans ORF

Le 13 juin 2017 marquera le 100e Anniversaire d’Odette Roy Fombrun
 A cette occasion, une grand messe d’Action de grâces sera célébrée à l’Église St-Pierre de Pétion-Ville à 10 h a.m.
Merci de joindre vos prières aux nôtres.
 
Album des amis
Tous ceux qui le désirent, parents, amis ou admirateurs, sont invités à nous faire parvenir les vœux qu’ils souhaiteraient adresser à Madame Fombrun afin que nous puissions les inclure dans le bel Album des amis qui lui sera remis le jour de son anniversaire.
Envoyez-nous votre texte au plus tard le 20 mai à info@forfhaiti.org avec 1 photo, si possible.
tel.: (509) 3170-6000/ Email : info@forfhaiti.org

Odette Roy Fombrun, invitée d’honneur à Livres en folie 2017

Article de Le Nouvelliste

Odette Roy Fombrun et Makenzy Orcel seront les deux invités d’honneur de la 23e édition de Livres en folie prévue le 15 juin prochain, ont annoncé les organisateurs. C’est la première fois que la foire de la fête-Dieu a deux invités d’honneur. La première fois qu’un invité d’honneur est aussi jeune, 34 ans pour Orcel. La première fois qu’un invité d’honneur a un si grand âge, 100 ans, le 13 juin prochain, pour Mme Fombrun.

Questionnés sur le choix de deux invités, les organisateurs ont tenu à préciser que la foire se renouvelle. « Chaque année nous apportons des touches nouvelles, le choix de deux invités d’honneur va dans ce sens. Sans le vouloir, nous avons une femme et un homme, un jeune et une senior, et sommes à cheval sur un siècle », a indiqué Max Chauvet, directeur du Nouvelliste. « Nous avons le bonheur d’avoir, avec Makenzy Orcel, un jeune écrivain primé qui explore de nouvelles frontières littéraires. Avec Odette Roy Fombrun, nous avons une centenaire qui a passé sa vie à partager les idées. Elle est encore alerte, s’active dans la formation, dans la rédaction de livres scolaires, d’essais et de livres jeunesse. Nous sommes comblés et les lecteurs le seront pour cette édition de Livres en folie qui s’annonce différente », croit celui qui tient les rênes de Livres en folie depuis 1995.

 

http://www.lenouvelliste.com/article/169631/odette-roy-fombrun-et-makenzy-orcel-deux-invites-dhonneur-pour-livres-en-folie-2017

Nouvo rèl madan Fombrun

Nouveau cri d’Odette Roy Fombrun devant une nouvelle forme de fatras qui nous menace !

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

Konbit Bibliyotèk Site Solèy : supportons-les !!!

FACHAITI ak Konbit Solèy Leve lanse yon konbit pou ranmase 500 mil goud ak liv pou mete yon Bibliyotèk nan Site Solèy.
Ann kontinye fè Konbit !

https://www.facebook.com/Konbit-Bibliyot%C3%A8k-Site-Sol%C3%A8y-1382256935126763/?ref=ts&fref=ts

 

  • Vidéo de sensibilisation à la Konbit Bibliyotèk Site Solèy

https://www.facebook.com/louino.robillard/videos/1462225050494406/

 

  • Article sur la Konbit Bibliyotèk Site Solèy (en anglais)

https://veritesoutanbou.wordpress.com/2017/02/28/konbitbibliyotek/

 

Un appel aux candidats à la présidence

Appel à la solidarité nationale (ouragan Matthew)

L’heure de la grande konbit a sonné !

Partout dans le pays, le cyclone Matthew a laissé nos populations dans le plus grand désarroi, tout particulièrement celles de la presqu’île du sud d’Haïti. La Direction de la FORF veut relayer les appels au secours en suppliant chacun de participer aux nombreuses et généreuses initiatives entreprises par plus d’un.

Ainsi, la Direction encourage les efforts de mobilisation d’organisations comme “AYITI SE NOU ET KAKO’S KIDS”. Cette association a fait preuve d’engagement et de dévouement auprès des jeunes et des démunis. Les 12 officiers du Corps de Génie récemment entraînés en gestion de désastre en Équateur se sont joints aux nombreux volontaires qui l’appuient. Leur première intervention se fera aujourd’hui même dans une zone très affectée de Cité Soleil et se poursuivra à Camp-Perrin dans le Sud dévasté par le cyclone. Apportez votre support à cette grande konbit et sauvez des vies !

– Eau potable
– Kits sanitaires
– Kits alimentaires
– Spaghetti
– Riz
– Conserves
– Lait en boîte
– Médicaments
– Flash ou Lampes électriques
– Bougies
– Tentes
– Vêtements
– Draps et Couvertures
– Tôles
– Clous
– Etc.

ADRESSE : Déposez -les au local de Dance for Life, à la Rue Grégoire (Tête-de-L’eau), Pétion-Ville, ou appelez le 3914-2929 pour les faire récupérer.
AUX USA: Voir les infos plus bas pour l’expédition d’articles de première nécessité. L’association Ayiti Se Nou tient à vous assurer que chaque objet ou chaque centime reçu sera utilisé pour alléger la souffrance de vos frères d’Haïti en détresse et qu’un compte rendu sera disponible ultérieurement pour publication sur les réseaux sociaux ou par email.
N’hésitez pas à vous montrer généreux ! Participez dès maintenant au lancement de ce qui devra devenir la GRANDE KONBIT PERMANENTE DE SOLIDARITÉ NATIONALE. Retrouvons notre fierté perdue et le chemin de la prospérité. Osons nous lancer à la conquête de la place qu’Haïti doit enfin occuper dans le concert des Nations en transformant en réalité l’extraordinaire vision de Madame Odette Roy Fombrun :
“HAITI, CENTRE HISTORIQUE ET CULTUREL DE LA CARAIBE” !

Nous sommes durement frappés, mais nous ne sommes pas vaincus !!!

Marie-Claude F. Bayard
Directrice Exécutive FORF
info@forfhaiti.org
(509) 3170-6000
(305) 467-2511

SOLIDARITY IN THE STORM: HURRICANE MATTHEW

(Texte en anglais de Louino Robillard, promoteur du Konbitisme)

Lien du site : https://veritesoutanbou.wordpress.com/2016/10/05/solidarity-in-the-storm-hurricane-matthew/

It has been a strange past few days for Haiti, waiting for the landfall of the powerful Hurricane Matthew. Yet perhaps the strangest thing was how familiar it all felt – the impending danger, the skepticism and fatalism of my fellow Haitians, the news headlines with “Haiti” and “crisis” and a few foreboding adjectives. Every year it seems, there is a new crisis that we as Haitians are called upon to be ‘resilient’ against. And we are. We are resilient. We are too resilient. We are crisis professionals.

And during every crisis, there is an amazing metamorphosis that takes place among Haitians. In normal times, we are a complicated mixture of the extreme competitiveness that survival and hustle brings, and a kind of mutual assistance that comes with recognizing that we are all at the bottom of the same barrel. But at the first gust of rain or drop of wind, at the first shake of the earth, we awaken not only resilience but this wellspring of solidarity inside of us. I saw this most clearly after the earthquake that rocked my country in 2010: for the days after the earthquake, I saw people struggling to pull strangers out of the rubble, sharing what little water and food they managed to salvage, sleeping in the open next to people they’d never met before. This was especially stark in Cite Soleil: my hometown, a place normally divided by gang conflict and territories and allegiances. On the night of January 12th, 2010, all of the blocks slept together as one in the public square in the heart of our municipality. That solidarity disappeared as soon as we began fighting over relief supplies a few days later. 

LIRE PLUS

I saw this again during Hurricane Matthew. Contrary to what many picture, Haitians are anything but passive victims during a disaster, especially during a hurricane. Yes, some people did decide to stay home, but they chose to do so. There were dialogues happening on street corners about whether to search for higher ground or stand their ground. Some decided to trust the government, some decided to trust God, and some decided that they simply didn’t trust anyone. They were not paralyzed like deer in headlights – they had agency, and were making decisions based on the information they had.

And other Haitians understood that and went to speak with people to have those conversations so they could make decisions. I spent the two days leading up to the storm walking around Cite Soleil, just talking with people in their doorways, on the football pitch, on the docks. Others across the country were doing the same – taking time to meet people where they were, trying to get them to understand the danger. And others did this through social media – spending hours communicating with people to alert them to where the storm was, to be vigilant, to search for higher ground. Haitians are naturally (and for good reason) skeptical of authority, and so ordinary people took the time to reach out to neighbors or even strangers on social media. We didn’t always succeed in convincing people, but we will also never be able to calculate the number of lives saved by Haitians taking the time to talk to Haitians. When the radios were playing music, we were talking to each other.

And during the storm, while we all hunkered down and prayed that our roofs stayed on, we weren’t passive. Again, social media provided an incredible platform for us to connect even while we were shut inside. We were of course watching how the media portrayed the event (and shutting down reporters who spread strange stories about us eating trees and people posting fake images), and were frustrated by not knowing where the funds being raised online were going. So instead of waiting, a WhatsApp group called AYITI INFO started its own pledging campaign among its 150 members, all Haitian. Every member committed to at least $50, and that will be going directly to local groups in Jeremie. $7500 may not look like much compared with $400,000 from USAID, but these were large donations for the people who gave them, and will get quickly to the affected area.

And this went beyond words and into action. Myself and a few friends went out during a quick lull in the hurricane to deliver clean water sachets to people stuck in Cite Soleil. Most families make the money for food each day by selling, and the markets were closed, so we knew there would be hungry families. We couldn’t feed the half a million inhabitants of Cite Soleil, but we could buy 3000 gourdes worth of crackers and snacks for neighborhood children, and people appreciated it. It wouldn’t fix their food insecurity, but it was a comfort, and given by neighbors in dignity and friendship, not charity. The action itself was a collective effort, a blend of solidarity and participation we call konbit: myself and Fedras Jerome (a fellow Soleyan) driving around in his girlfriend Jess Laporte’s car, the water donated by Haiti Communitere (a community resource center that functions as a grassroots disaster response base) and the snacks bought with money sent from my wife’s parents. Haiti Communitere would continue to help us provide hundreds of meals to affected neighborhoods in Cite Soleil, following our direction, our priorities, our leadership. That is the kind of partner communities want after a storm.

A few hours later, a friend named Romel who hails from another ghetto, Grande Rue, called me, saying he had 25 containers of hot meals that he wanted to send to Cite Soleil, which we delivered before the winds had completely died down. Each one was given neighbor to neighbor, the comfort of a warm meal given to you by a friend. Again, this may have only fed 75 people out of hundreds of thousands, but these small acts of solidarity were being replicated across the country, and from Haitians living abroad. Some were as small as a phone call: I received a call about Cite Soleil from Odette Roy Fombrun, a 99-year-old Haitian intellectual who pioneered the idea of Konbit as our national social contract. These are two examples of solidarity for my community – one from another ghetto, one from the heights of Petionville. Konbit crossing class lines.

These acts may seem small to you, but already we are hearing stories of neighbors helping neighbors escape damaged houses, strangers sheltering strangers, actions that save lives. What I shared above were simply a few small examples from my experience as one person on the edge of this storm. Multiply this by thousands if not millions of other people who were in the path of Hurricane Matthew and were drawn together by these acts of solidarity. No, this assistance was not systematic or scientific or scale-able or even sustainable. But it was real, and we were there for each other, and were cemented together by the strange mix of solidarity and fear and grit. We were the state when the state was absent. We were the aid when the aid hadn’t arrived. We were the comfort in the storm.

But I am afraid that this next part will also be familiar: the fading of that solidarity. As the crisis fades and the merchants return to the markets and relief comes from the outside, those bonds will fade. There is an election that will be rescheduled in the near future – either we will return to being bitterly divided partisans, when for a few days we were simply Haitians, or we will return to being apathetic about the future of our country, which we somehow cared about when it was threatened by Matthew. And I wonder when one day we will stop being so resilient, when we will get tired of transforming into heroes in every crisis. When we will learn to show this same solidarity every day, to prevent crises, to build our country so that it can withstand hurricanes and earthquakes and market shocks and elections without crumbling?

There is a Haitian proverb: “after the dance, the drum is heavy”. After the excitement of the crisis fades, we need to confront the fact that we have a ravaged country to rebuild. Roof by roof, farm by farm, wharf by wharf. We don’t yet know the extent of the damage in the southwest of the country, which took a direct hit (Cite Soleil and Port au Prince as a whole were spared from the worst of the storm). The rebuilding is not driven by adrenaline or surges of solidarity. It is hard, heavy, tiring work. Our state currently cannot lift that burden on its own, so people will come from all over the world to give us aid. They will help us carry the weight this time. But it is our weight to carry, our burden, our heavy drum. How many more times until we carry this weight ourselves? How much longer until our solidarity isn’t dried up by the first ray of sunshine? How much longer until we can keep our promises to each other long enough to rebuild a nation?

We will find out when the next storm hits.

 

Projet d’exploitation de l’art taïno à Bois-Neuf (Phase 1) – vidéo

La FORF travaille activement à l’exploitation de l’art taïno dans la localité de Bois-Neuf, à l’entrée de la ville de Saint-Marc. Dans cette vidéo, retrouvez la description, les buts et objectifs du projet présentés par ses différents responsables et quelques témoignages des bénéficiaires de la localité de Bois-Neuf. L’exploitation de l’héritage taïno en Haïti est une source indéniable de richesses amenant au développement durable, notamment avec les revenus que cela génèrera dans le secteur du tourisme particulièrement.

 

La Pastorale Universitaire, Journée internationale de la jeunesse

Pour la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août 2016, la Pastorale Universitaire-Archidiocèse de Port-au-Prince a organisé une grande conférence en son enceinte, de 9 h a.m. à 5 h p.m., sur le thème «Responsabilité citoyenne et implication des jeunes aux prochaines joutes électorales» avec des personnalités triées sur le volet dont Me Danton Léger et Odette Roy Fombrun.
«Haïti ne peut pas connaître des rutilants lendemains de soleil sans l’implication de la jeunesse», déclare Me Danton Léger avant d’attirer l’attention de l’assistance constituée en majeur partie des jeunes de la préfac de la Pastorale Universitaire avec son ‘’r’’ diésé. Dans sa prise de parole, il fustige le caractère gérontocratique de la société haïtienne, désintéressée au cri de la jeunesse, en dépit du fait que cette dernière soit l’épine dorsale du pays. Pour s’illustrer, il remonte dans l’histoire nationale et pointe du doigt les partis-politiques haïtiens actuels.

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince entend inviter la jeunesse à prendre son destin en main. Elle doit se positionner en véritable garde-fou pour dire non à son exclusion dans les débats qui concernent son avenir. «C’est la jeunesse qui doit élire le prochain président», affirme-t-il. Avec ses slogans, ses tournures subjonctives et ses jeux de mots, il gagne toute la sympathie du public «Qui veut peut! Cet avec le savoir qu’on arrive à avoir l’avoir et le pouvoir». Enfin, l’ancien députe de Léogane exhorte la jeunesse haïtienne à faire acte de son existence et à être animée par le sens critique. Autrement dit, d’agir avec philosophie et discernement.

Jean-Philippe Etienne, pour sa part, délégué par Mme Odette Roy Fombrun qui n’avait pu se présenter, se renferme dans la peau d’un instituteur afin d’inculquer aux jeunes la notion de civisme, l’amour du pays et leur prodiguer de sages conseils. Il leur demande de s’inspirer des travaux de Mme Fombrun pour mieux comprendre la grandeur d’âme haïtienne et participer à l’enrichissement de notre patrimoine culturel. Il requiert d’eux la mise en commun pour dire mieux le Combitisme; thème très cher à Odette Roy Fombrun.
Le responsable de communication de la Fondation Odette Roy Fombrun, dans la lignée Amadou Hampaté Bâ du Mali, rappelle aux jeunes qu’ils sont l’avenir du pays, du monde. Qu’ils doivent prendre leurs responsabilités en vue de faire entendre leur voix. «La jeunesse c’est la vie, l’artisan de demain». Il poursuit: «Aucun pays ne peut se développer s’il n’investit pas dans la formation des jeunes». Jean Philippe Etienne croit aussi qu’il n’y a pas de génération spontanée, que les jeunes doivent prendre en exemple les personnages intègres, verticaux et participer pleinement aux prochaines joutes électorales. Pour lui, «les élections sont le lieu où se décide le destin d’un pays, d’une nation». En d’autres termes, c’est la jeunesse que l’avenir regarde et non la vieillesse. Une raison de plus de s’impliquer. Il faut croire que c’est Mme Fombrun qui parle par sa bouche.
Pour le coordonnateur de la Pastorale Universitaire, le politologue Michelet Dézulmé, cette activité répond directement à la mission de la Pastorale Universitaire: Former, témoigner, servir. «Les personnalités choisies pour cette conférence[…] sont des modèles pour la jeunesse haïtienne », précise t-il. Le sénateur Jean Renel Sénatus n’a pas grossi les rangs de cette noble initiative.

Orso Antonio DORELUS
Le Nouvelliste

APPEL À CONTRIBUTION 

La FORF a besoin de vous !

Dons déductibles d’impôts en Haïti et aux USA !

(En attente de reconnaissance par le IRS)

                                                                                                                         

 MOYENS DE CONTRIBUER :

  1. Chèque : à l’ordre de la FONDATION ODETTE ROY FOMBRUN
  2. Mon Cash :  (509) 3170-6000
  3. SOGEBANK :  Dépôt – Virement – SPIH :   Gdes – 2606032155   /   US – 316012186
  4. Carte de crédit :  Cliquer sur : 

Aviser FORF par email/WhatsApp – si possible,  copie de la fiche de dépôt  

                          

BÉNÉFICES POUR VOUS:

  1.  Vous devenez membre du Collège des Amis de la FORF
  2. Vous recevez tous nos Bulletins d’activités 
  3. Vous bénéficiez de rabais spéciaux sur le matériel de la FORF :

                                                                              – Livres de Madame Odette Roy Fombrun

                                                                              – Matériel d’Instruction Civique

                                                                              – Cahiers et Cds de Chansons d’Haïti

                                                                              – Livre « Sur les traces de nos Ancêtres Amérindiens »

Tous les fonds reçus par la FORF seront appliqués uniquement à des activités à but non lucratif, documentées et conçues pour soutenir les objectifs éducatifs de la FORF en Haïti.

                            NB : – Contribution mensuelle récurrente facilite la gestion des opérations

                                      – Contribution unique ou périodique certainement très appreciée

                                                            Merci d’avance pour votre soutien !

 

 

 

 

 

 

KONBIT AYITI PWÒP

Appel à participation citoyenne !

Campagne civique pour sensibiliser à l’environnement, au besoin de  propreté, à ne rien jeter dans la rue.

 

  1. Stations de télévision : Passez en flash les messages de la campagne,  flashez souvent son logo.
  2. Stations de radio : Diffusez le message KONBIT AYITI PWÒP ! KENBE LARI PWÒP ! ABA FATRA !
  3. Journaux et Revues : Incluez le logo dans vos publications et encouragez la campagne
  4. Propriétaires de voitures privées ou publiques: Mettez les autocollants sur la vitre arrière de vos véhicules.
  5. Institutions scolaires : Planifiez des activités autour du message Konbit Ayiti Pwòp, Kenbe lari pwòp, Aba Fatra
  1. Entrepreneurs : Transformez les déchets en entrées de devises nécessaires au pays.
  2. Mairies, SMCRS, Entreprises de ramassage de déchets : Planifiez ensemble et par quartier le ramassage des déchets avec avis clairs et directs à la population de vos décisions et sanctions.
  3. Artistes : Incluez le message de Konbit Ayiti Pwòp dans vos nouvelles œuvres bien inspirées
  4. Tous les citoyens : Soyez attentifs et respectez les consignes de propreté. Vous pouvez aussi proposer aux différents acteurs des approches originales, voire surprenantes pour que :

DÒMI, LEVE, AYISYEN TANDE AK WÈ

Lari pwòp! Lari pwòp !

Konbit Ayiti Pwòp !  Pa jete fatra nan lari

N. B. : Stickers, Audio, Vidéo, Textes disponibles à la Fondation Odette Roy Fombrun, 26, Rue Borno, Bois-Moquette, PV

————————————————————

 

                                                                                                                                                    Merci d’avance pour votre soutien !

 

“Konbit Ayiti Pwòp” est lancé ! (article)

La Fondation Odette Roy Fombrun (FORF) vient de lancer officiellement, le 14 juillet 2016, une campagne d’éducation civique baptisée ” Konbit Ayiti pwòp “. Cette campagne vise à impliquer les citoyens et tous les secteurs de la société dans une meilleure gestion des déchets à travers le pays.

Odette Roy Fombrun, icône de notre société, se voit encore profondément concernée par l’avenir du pays du haut de ses 99 ans. ” J’ai honte de voir que mon pays est devenu un pays-fatras. Je ne saurais mourir sans lutter pour le sortir de cette situation”, déclare-t-elle lors d’une rencontre à sa fondation, à Pétion-Ville.

Madame Fombrun croit que la gestion actuelle de nos déchets est suicidaire. Dans une vidéo destinée à sensibiliser la population, la militante du coumbitisme appelle à de meilleures pratiques de gestion de détritus. ” Les rues étaient propres et on en disait alors être le salon du peuple “, se remémore-t-elle, nostalgique.

Pour l’instant, la campagne consiste à sensibiliser les citoyens, les instances concernées et d’autres acteurs de la vie nationale. Des rencontres sont donc prévues avec les maires, les chefs d’entreprises, spécialement ceux travaillant dans le recyclage et la transformation de déchets. La distribution d’autocollants est aussi prévue d’après la directrice exécutive de la fondation, Marie-Claude Fombrun Bayard. “La main ouverte de notre logo traduit l’engagement de ne pas jeter des déchets en pleine rue”, précise la directrice exécutive de la FORF.

Si la campagne est actuellement en phase d’expérimentation à travers un projet pilote, elle vise, sur long le terme, à toucher tout le pays. “On va continuer jusqu’à ce qu’on arrive à faire la révolution de changement de mœurs, d’attitude vis-à-vis de notre pays “, renchérie Marie-Claude Fombrun Bayard. Elle sollicite la participation citoyenne et encourage tous les propriétaires de véhicules ” d’y mettre l’autocollant de la campagne afin que tout le monde soit touché par le message. ” Des messages poignants sont lancés à la population comme celui de ne pas brûler les déchets parce que ” c’est nocif pour la santé “, nous rappelle-t-on. Les initiateurs de cette campagne invitent plutôt les citoyens à les placer dans les poubelles qu’ils s’engagent à demander aux mairies d’en disposer.

Plus loin, madame Fombrun Bayard propose une stratégie consistant à l’exhortation sans propos froissants. “Si quelqu’un jette quelque chose dans la rue, dis-lui qu’il a laissé tomber quelque chose. Ne l’accuse pas de jeter des déchets dans nos rues”. Pour montrer que la coumbite est possible Madame Bayard cite d’autres cas, comme la ” konbit solèy leve ” à Cité-soleil où des citoyens réussissent à se mettre ensemble pour nettoyer les rues de leur localité ou pour réaliser autres choses.

 Cette campagne, jointe à celles lancées récemment par le gouvernement haïtien et aux promesses de différents maires nouvellement élus, nous permet-elle d’espérer vivre dans un environnement plus sain ? Ou nous apprendra-t-elle à mieux gérer nos déchets et à en tirer profit ?

Texte de Sabry Iccenat

Delmas Chrono

16 août 2016

DISTRIBUTION DE STICKERS : Semaine du 25 juillet 2016

Les Stickers de la campagne sont disponibles à la FORF au 26 Rue Borno, Bois Moquette, Pétion-Ville

 

DISTRIBUTION DE STICKERS : Semaine du 25 juillet 2016

1- Dans tous les Points de Vente de  ACCESS HAITI à Port-au-Prince
2- Dans les jours et points suivants:
Mardi 26 juillet: Station SOL à Nazon
De 3h à 6 h Station NATIONALE au Canapé Vert
GIANT Supermarket
Mercredi 27 juillet Station TOTAL Oasis – Rue Pan Americaine
De 3h à 6 h Station NATIONALE Laboule
Jeudi 28 juillet COMPAS Market Juvenat
De 3h à 6 h Station SOL St Therese
vendredi 29 juillet CARIBBEAN Supermarket
De 3h à 6 h BIG STAR Market
N.B. D’autres points de distribution à venir

 

Note de presse # 1 – Konbit Ayiti Pwòp

NOTE DE PRESSE # 1

image001Le 13 juin, jour de ses 99 ans, Madame Odette Roy Fombrun a crié son désespoir ne voulant pas mourir laissant Haïti un pays fatras. Elle invite chaque Haïtien à l’accompagner dans un combat appelé « Konbit Ayiti Pwòp ».

Elle a présenté un autocollant montrant une main ouverte devant une rue propre qui signifie : Kanpe ! Kenbe lari pwòp ! La Fondation Odette Roy Fombrun a entrepris la distribution gratuite des stickers et demande de les coller sur la vitre arrière de tous vos véhicules et sur les portes de vos entreprises.

Madame Fombrun félicite tous ceux déjà engagés dans le nettoyage des rues. Elle leur demande d’entreprendre des actions durables pour chaque quartier et chaque rue.

Elle appelle les entrepreneurs et artistes à exploiter les déchets pour les transformer en richesses, produire des revenus et améliorer l’environnement.

Ensemble, faisons la grande « Konbit Ayiti pwòp »
Viv Ayiti pwòp !

N.B. Les jours et points de distribution de stickers seront communiqués dans une prochaine note de presse.
Pour plus d’informations, appelez la Fondation Odette Roy Fombrun pour l’Education (FORF) au 3170-6000

14 juillet 2016

Invitation au Forum international “Sur les traces de nos ancêtres amérindiens”

Le Forum international “Sur les traces de nos ancêtres amérindiens” aura lieu du 18 au 20 avril 2013 à l’Hôtel Kinam à Pétionville. Le programme est régulé ; les présentateurs sont invités à polir leurs présentations ; les promoteurs proposent des contributions financières ; et les participants s’inscrivent. Rejoignez-nous ! Pour vous inscrire au forum, envoyez-nous un email à forum@forfhaiti.org

LOGISTIQUE
Ouverture de l’événement : Soirée du 18 avril 2013 (détails à venir)
Sessions sur le forum : 19 à 20 avril 2013, 8 h 30 – 17 h00
Lieu: Ritz Kinam, Rue Panaméricaine, Pétion-Ville, Haïti
Coût : Possibilité d’une somme modique à la porte
Qui devrait y assister ? Des chercheurs, des collectionneurs, des personnes concernées par le patrimoine de l’Amérindien, les étudiants et les enseignants en ethnologie, Ministères de la Culture, du Tourisme, de l’Environnement, des membres et des associations de tourisme, voyagistes, les autorités locales où est situé le patrimoine amérindien, les législateurs, les médias

BUTS DU FORUM
Pour augmenter la prise de conscience du passé d’Haïti Taino et le patrimoine vers et à atteindre inventaire officiel des richesses
Pour encourager la protection et la préservation accrue de la richesse culturelle d’Haïti
Pour motiver les tour-opérateurs et les institutions disposent de sites archéologiques en Haïti visites locales et d’éco-tourisme, favorisant ainsi Touris Lakay
Pour motiver les collectivités locales afin de protéger et de développer leur potentiel Touris Lakay
Afin d’encourager la création d’un Musée amérindien

THÈMES
Identifier le patrimoine amérindien existant en Haïti: vers un inventaire systématique. Expériences d’autres pays.
La vie des Amérindiens avant Christophe Colomb: la culture et de la société sur l’île et les régions avoisinantes.
Le contact de civilisations : Taïnos, Caraïbes et les Africains sous la colonisation européenne (dans la région de l’île d’Haïti comme point focal)
Amérindienne coutumes de survie dans la culture haïtienne d’aujourd’hui (langue, les coutumes, la religion, la cuisine, les connaissances traditionnelles, etc)
Perspectives, des potentialités et des propositions pour l’exploitation rationnelle de ces richesses culturelles (point de vue des éducateurs, des spécialistes du patrimoine, des muséologues, des experts du tourisme

PRÉSENTATEURS

Les séances seront dirigées par une variété bien connus des ethnologues et des chercheurs, y compris :
– Gilbert Valme, chercheur et écrivain
– Guy Maximilien, chercheur
– Rachelle Charlier Doucet, ethnologue
– Kathleen Deagan de l’Université de Floride (recherche et publication sur Puerto Real)
– Mireille Ain et Rachel Beauvoir Dominique, Taino et la religion vaudou

Réalisations Chansons d’Haïti

Le projet Chansons d’Haïti avance bon train et les événements suivants ont eu lieu :

2 juillet 2012 : Présentation du projet de musique par Karine Margron à des personnalités du monde de la musique et des directeurs d’écoles de musique. Un grand enthousiasme pour “Chansons d’Haïti”.

22 novembre 2012 : Lancement officiel de “Chansons d’Haïti”, première phase du projet, vue d’ensemble des projets à venir, annonce de la disponibilité de matériel pour les écoles de musique, les écoles ordinaires ayant un intérêt particulier pour la musique et aux artistes intéressés pour libre.

Septembre 2012 : Répartition des bourses à des étudiants pour l’année scolaire 2012/2013.

19 janvier 2013 : Présentation officielle des 3 premières volumes et CD parrainés par la création Fondation Culture et la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL). L’événement, qui s’est tenu au théâtre FOKAL à Port-au-Prince, a été accueilli par une foule très enthousiaste d’amateurs de musique et des personnalités impliquées dans les arts. Tous les participants ont reçu des copies des deux premiers volumes et une édition limitée du CD volume 3 était en vente. La présentation a été suivie d’un cocktail et de partage d’amuse-gueule au grand plaisir de tous.

La FORF à Livres en Folie 2016

Les 26 et 27 mai 2016, la FORF était présente au Parc historique pour proposer ses ouvrages de aux acheteurs dans le cadre de Livres en folie. L’activité, payante, étant ouverte au grand public, des acheteurs et clients de tous types, enfants et adultes, ont visité notre table, sous la tente de l’ICOM (Conseil international des Musées).  dsc01743Les titres suivants étaient proposés : Toussaint, le Spartacus noir ; Sur les traces de nos ancêtres amérindiens / Actes du forum ; Citoyenneté et Violation des droits ; L’Ayiti des Indiens (livre de collection) ; Konbit tèt ansanm ; Eleksyon ann Ayiti ; Dwa ak Devwa tout Ayisyen ; Ti koze sou Konstitisyon d’Ayiti ; Collection de sept cahiers de musique Chansons d’Haïti ; L’Ayiti des Indiens / La vie taïno et le patrimoine taïno (DVD) ; Leçons de Morale et d’Instruction civique. La diversité de la production de la FORF a fait le bonheur des visiteurs de tous horizons, des plus petits aux plus grands.

D’ORES ET DÉJÀ, NOUS VOUS ATTENDONS À LIVRES EN FOLIE 2017 !!!

Vers l’exploitation artisanale de l’héritage taïno à Ravine Sèche

La Fondation Odette Roy Fombrun pour l’Éducation (FORF), en association avec la Fondation Françoise Canez Auguste (FFCA), la Fondation Lise Antoine Saint-Natus (FLASSEF) et l’organisation Volontariat pour l’Intégration et l’Encadrement des Jeunes (VIE Jeunes), interviennent à Ravine Sèche dans le cadre d’un projet de promotion et d’exploitation de l’héritage taïno. Cette première phase concerne la sensibilisation et la formation des résidents à la production artisanale d’inspiration taïno aux fins de réduction de la pauvreté par l’insertion de leur village dans le circuit touristique de la zone des Arcadins. La phase initiale est supportée financièrement par le programme européen pour la Culture à travers le VDH, la COOPI et la Fondation Africamérica.

Le village de Ravine Sèche situé à Bois-Neuf dans le bas Artibonite est une localité où des recherches archéologiques ont été effectuées et où l’héritage taïno est bien documenté. Celui-ci est aussi très présent dans l’esprit des résidents qui ont participé aux recherches et se sont intéressés à cette culture ancienne de l’histoire nationale. Dans ce village très pauvre, les gens vivent dans des conditions précaires. Cependant, récemment leurs habitats ont été considérablement améliorés avec la construction par Food For The Poor de 125 maisons aux couleurs agréables et grâce à l’appui inconditionnel de la famille Saint-Natus. Le village est situé au pied de mornes fort dénudés et près d’un ravin qui parfois est inondé lors de grandes pluies.

La première phase d’initiation à l’exploitation de l’héritage taïno financée par le programme européen pour la Culture (PEC) doit porter les intéressés à exploiter l’une des richesses naturelles de leur zone, dont l’argile, pour produire des articles en poterie, bijouterie, tissage, vannerie,… inspirés de l’art taïno. L’objectif est de fournir aux populations défavorisées de la localité de nouvelles opportunités d’emplois dans le respect de l’environnement et de contribuer à l’élargissement de l’offre artisanale haïtienne. La vente de ces produits permettra d’améliorer les conditions de vie de la population de Ravine Sèche.

La démarche encouragera la recherche sur l’héritage taïno d’Haïti, permettra de divulguer de nouveaux savoirs, de faire la promotion de l’art taïno, d’augmenter les capacités productives et économiques de plus de 125 familles et de développer un nouveau site touristique dans la zone pour attirer les visiteurs de tous genres, grands et petits, écoliers et étudiants, nationaux et étrangers.

Avec la participation active de deux formateurs professionnels Sony Louis et Honchyse Joseph, près d’une trentaine de jeunes ont été initiés aux techniques de base pour la fabrication d’articles en poterie et en bijouterie, les derniers étant faits en grande partie de matériaux de récupération. Durant deux mois, des cours pratiques ont permis aux bénéficiaires de se doter de nouvelles capacités de développement en vue d’améliorer leur condition de vie. Coordonné par Jimmy Borgella, président-fondateur de VIE Jeunes, assisté de Gary Cassamajor (coordonnateur de terrain), cette phase d’expérimentation et d’initiation a démarré en octobre 2015.

Pour Marie-Claude Bayard, directrice exécutive de la FORF, la Fondation tient à s’investir dans le développement durable à partir de l’exploitation artisanale et touristique des richesses naturelles, historiques et culturelles présentes un peu partout dans le pays. Éventuellement à Bois-Neuf, la Fondation espère mettre en place un petit musée/centre d’interprétation taïno sur un carreau de terre reçu sous forme de don en hommage à la docteure Lucie Paultre de sa famille qui partage également la vision de la FORF. Madame Bayard espère arriver à obtenir l’implication d’autres acteurs et organisations susceptibles d’offrir à la population de Bois-Neuf les différents services dont elle a besoin pour son développement. « La phase suivante portera sur le renforcement des capacités de création, de production, de distribution et de vente avant d’entamer la construction du centre d’interprétation du village taïno », poursuit-elle dans ses réflexions.

Georges Voltis, un des participants au cours de poterie, affirme : « Je suis profondément ému de voir comment je vivais autrefois avec l’argile sans même savoir ce que c’était. Maintenant, je le sais et je l’utilise comme objet de transformation et de création de richesses pour assurer mon avenir. Je suis un artiste, et je pratique une forme d’art avec, dans mon environnement,  tous les éléments dont j’avais besoin pour développer mon talent d’artiste. Et grâce à ce projet, je peux faire des choses merveilleuses ».

Selon Mme Michaelle Saint-Natus, la pérennisation de l’action fait partie intégrante des activités du projet. « Nous pensons à placer les objets produits par nos artisans dans les étalages d’hôtels de la côte des Arcadins, à créer une association d’artisans de Ravine Sèche en vue de renforcer les capacités organisationnelles et productives d’associations artistiques et artisanales de la zone en général et à mettre des artisans de  Ravine Sèche en relation avec des producteurs dans d’autres localités ». Les pamphlets qui seront produits dans le cadre du projet, ajoute-t-elle, permettront aussi de reproduire ce même travail et d’implanter d’autres projets ailleurs.

Les bases sont désormais jetées. Il s’agit maintenant de consolider les actions, de développer les synergies avec d’autres partenaires pour exécuter les prochaines phases du projet. La population de Ravine Sèche mérite un accompagnement qui favorisera son essor en réduisant sa pauvreté. Ce projet est considéré comme un modèle qui à notre humble avis, devrait se dupliquer dans d’autres régions du pays.

Article de Aljany Narcius, Le National

Sur les traces de nos ancêtres amérindiens

Cet ouvrage est issu du premier forum international sur l’héritage amérindien d’Haïti organisé par la Fondation Odette Roy Fombrun (FORF) et ses partenaires du 18 au 20 avril 2013, sous la direction de l’anthropologue bien connue Rachelle Charlier Doucet.

La FORF lutte depuis de nombreuses années pour que ce patrimoine non-exploité retrouve sa place dans le paysage culturel haïtien. Elle lance un cri d’alarme devant la dégradation et le pillage des vestiges témoins de ce pan de l’histoire nationale.

Le document auquel ont contribué une vingtaine de spécialistes fait un état des lieux et propose des pistes pour la sauvegarde et l’exploitation rationnelle de ce patrimoine au bénéfice de la nation. L’ouvrage vise à alimenter la réflexion des décideurs et sensibiliser la population à cet effort collectif.

Résolution des travaux du forum « Sur les traces de nos ancêtres amérindiens »

De la résolution découlant des travaux du forum « Sur les traces de nos ancêtres amérindiens », les signataires du document proposent  « que le mois de mars (mois du massacre de milliers de Taïnos au combat de la Vega Real, mois de la disparition tragique de Caonabo, de la trahison et de la pendaison de la reine Anacaona), soit consacré à l’héritage amérindien».

Dans les hauteurs de Pétion-Ville, nous étions partis “Sur les traces de nos ancêtres amérindiens”. Jamais nous n’avions vu autant d’objets montrés sur des Taïnos dans l’exposition qui eut lieu à l’hôtel Ritz-Kinam II les 19 et 20 avril 2013. Cette exposition tenue dans le cadre d’un colloque organisé par la Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation (FORF) avait mis en lumière un pan de notre patrimoine historique et culturel oublié.

Le visiteur avait pu apprécier tout un ensemble de pièces artisanales que les premiers habitants de l’île réussirent à fabriquer à partir de la terre glaise et de la pierre. Notons au passage que beaucoup d’objets exposés appartiennent à des collections privées. Ils s’arracheront en effet à prix d’or quand un musée consacré aux Taïnos voudra un jour les acquérir.

Dans le cadre de cette exposition, le visiteur a été marqué par le talent artistique de nos créateurs. Ces derniers se sont inspirés de l’art Taïno pour composer leurs oeuvres. Peintres, artisans, stylistes nous avaient permis de remonter le temps en créant une atmosphère qui incite à imaginer la vie sur la terre d’Haïti avant l’arrivée des colons espagnols. Côté musique dans cette aventure, le didgeridoo (qui évoque en quelque sorte la ressemblance avec une trompe d’éléphant) dans lequel souffle Grégory Vorbe faisait dans la salle un bourdonnement, un son de basse.

La résolution du forum

Si l’exposition a permis à l’oeil d’apprécier quelques fragments de la richesse des Taïnos, le forum ne fera que conforter par le discours la nécessité de s’engager « sur les traces de nos ancêtres amérindiens » pour mieux connaître l’histoire de l’île. Sur la base de ces connaissances, on finit par comprendre « qu’il est impératif de protéger et valoriser tout ce qui constitue le patrimoine identitaire national. »

A ce forum, un ensemble de professionnels ont planché sur plusieurs thèmes voisins du thème central. Ont eu la parole des spécialistes en patrimoine, architectes, archéologues, anthropologues, ethnologues, collectionneurs, gestionnaires, chercheurs, éducateurs. De même que des opérateurs et autres représentants du secteur touristique, artistes, étudiants, représentants de descendants d’Amérindiens, citoyennes et citoyens concerné/es. Ce sont ces diverses compétences qui ont signé la résolution découlant des travaux au Ritz Kinam.

Déjà publié dans Le Nouvelliste, nous reprenons telle quelle une bonne partie de la résolution découlant des travaux du premier forum organisé par la FORF à Pétion-Ville.

La résolution propose « que le mois de mars (mois du massacre de milliers de Taïnos au combat de la Vega Real, mois de la disparition tragique de Caonabo, de la trahison et de la pendaison de la reine Anacaona) soit consacré à l’héritage amérindien». Elle recommande, « à la société haïtienne dans toutes ses composantes et à l’Etat haïtien, de lier la notion de protection de l’environnement à celle de protection du patrimoine et de connaissance historique du territoire, en tant qu’apports essentiels à son aménagement et d’en faire des thèmes transversaux devant orienter leurs réflexions et actions en vue du développement durable du pays».

Elle revendique « de l’Etat haïtien la définition et l’application d’une politique publique de la culture et du patrimoine, claire et précise, et résultant d’un processus consultatif large et inclusif».

Elle réaffirme « l’engagement à mener la lutte aux côtés de l’État haïtien, pour une réappropriation globale de notre patrimoine tangible et intangible – et en particulier de notre patrimoine amérindien longtemps négligé – ce, dans une perspective de développement social, culturel et économique du pays. Cette démarche vise aussi à inscrire notre pays dans le vaste mouvement de revendication identitaire des « Peuples Premiers » du continent américain et de la Caraïbe».

Elle encourage « la société haïtienne dans toutes ses composantes et l’Etat haïtien à se mobiliser pour qu’une vaste campagne de sensibilisation et d’éducation à la protection du patrimoine et à une exploitation responsable de ces richesses nationales soit menée le plus rapidement possible à travers tout le pays, dans les médias, les écoles, les universités, les églises, les groupes de jeunes et de femmes, les clubs de patrimoine, les associations de base, les associations professionnelles, les associations culturelles, les sociétés savantes, etc.»

Elle demande « instamment au ministère de l’Education nationale de créer une commission interdisciplinaire pour procéder à la révision du curriculum et des manuels d’histoire, afin de donner une place méritée à la civilisation amérindienne de l’île, d’éliminer les stéréotypes contre nos ancêtres, qu’ils soient Arawak-Taïnos, Caraïbes ou Africains, et de préconiser une approche critique mais sereine de l’enseignement de l’histoire».

Elle demande « au ministère de la Culture et au Parlement haïtien de se pencher rapidement , d’une part, sur la définition des mécanismes de mise en application des quatre conventions de l’Unesco ratifiées en 2009, notamment la « Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriétés illicites des biens culturels» et , de l’autre, sur la refonte des textes de lois incomplètes et désuètes concernant le patrimoine national (naturel et culturel)».

Elle exige «que l’Etat exerce un contrôle plus serré sur les fouilles et toutes sortes de recherches et explorations menées dans le pays, et qu’il exige que les résultats lui soient soumis avant d’être publiés. Demandons que les instances concernées se penchent sur la problématique de la vulgarisation prématurée et désordonnée par tout venant de données sensibles qui pourraient résulter de ces recherches, vulgarisation qui contribue indirectement au pillage de notre patrimoine national».

Elle réclame que « l’Etat haïtien, à travers des réformes institutionnelles et des allocations budgétaires substantielles, démontre de manière non équivoque son intérêt pour le secteur « culture et patrimoine » du pays. En particulier, nous, citoyennes et citoyens concerné/es, demandons instamment que des dispositions légales, administratives et budgétaires soient rapidement prises afin de moderniser et renforcer les institutions chargées de la gestion et de la protection du patrimoine, telles l’ISPAN, le MUPANAH, le Bureau national d’Ethnologie, les Archives nationales et la Bibliothèque nationale, pou ne citer que celles-là. »

Article de Claude Bernard Sérant, Le Nouvelliste