“Konbit Ayiti Pwòp” est lancé ! (article)

La Fondation Odette Roy Fombrun (FORF) vient de lancer officiellement, le 14 juillet 2016, une campagne d’éducation civique baptisée ” Konbit Ayiti pwòp “. Cette campagne vise à impliquer les citoyens et tous les secteurs de la société dans une meilleure gestion des déchets à travers le pays.

Odette Roy Fombrun, icône de notre société, se voit encore profondément concernée par l’avenir du pays du haut de ses 99 ans. ” J’ai honte de voir que mon pays est devenu un pays-fatras. Je ne saurais mourir sans lutter pour le sortir de cette situation”, déclare-t-elle lors d’une rencontre à sa fondation, à Pétion-Ville.

Madame Fombrun croit que la gestion actuelle de nos déchets est suicidaire. Dans une vidéo destinée à sensibiliser la population, la militante du coumbitisme appelle à de meilleures pratiques de gestion de détritus. ” Les rues étaient propres et on en disait alors être le salon du peuple “, se remémore-t-elle, nostalgique.

Pour l’instant, la campagne consiste à sensibiliser les citoyens, les instances concernées et d’autres acteurs de la vie nationale. Des rencontres sont donc prévues avec les maires, les chefs d’entreprises, spécialement ceux travaillant dans le recyclage et la transformation de déchets. La distribution d’autocollants est aussi prévue d’après la directrice exécutive de la fondation, Marie-Claude Fombrun Bayard. “La main ouverte de notre logo traduit l’engagement de ne pas jeter des déchets en pleine rue”, précise la directrice exécutive de la FORF.

Si la campagne est actuellement en phase d’expérimentation à travers un projet pilote, elle vise, sur long le terme, à toucher tout le pays. “On va continuer jusqu’à ce qu’on arrive à faire la révolution de changement de mœurs, d’attitude vis-à-vis de notre pays “, renchérie Marie-Claude Fombrun Bayard. Elle sollicite la participation citoyenne et encourage tous les propriétaires de véhicules ” d’y mettre l’autocollant de la campagne afin que tout le monde soit touché par le message. ” Des messages poignants sont lancés à la population comme celui de ne pas brûler les déchets parce que ” c’est nocif pour la santé “, nous rappelle-t-on. Les initiateurs de cette campagne invitent plutôt les citoyens à les placer dans les poubelles qu’ils s’engagent à demander aux mairies d’en disposer.

Plus loin, madame Fombrun Bayard propose une stratégie consistant à l’exhortation sans propos froissants. “Si quelqu’un jette quelque chose dans la rue, dis-lui qu’il a laissé tomber quelque chose. Ne l’accuse pas de jeter des déchets dans nos rues”. Pour montrer que la coumbite est possible Madame Bayard cite d’autres cas, comme la ” konbit solèy leve ” à Cité-soleil où des citoyens réussissent à se mettre ensemble pour nettoyer les rues de leur localité ou pour réaliser autres choses.

 Cette campagne, jointe à celles lancées récemment par le gouvernement haïtien et aux promesses de différents maires nouvellement élus, nous permet-elle d’espérer vivre dans un environnement plus sain ? Ou nous apprendra-t-elle à mieux gérer nos déchets et à en tirer profit ?

Texte de Sabry Iccenat

Delmas Chrono

16 août 2016

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *